Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 18:11

 

mariee.jpgC’est à l'Ego qu’elle parle, clarté est sise,

Ce beau jour, elle convole, lui et elle se brisent,

Sous le poids des mois, des ans, chancelants

Des têtes à têtes avec soi même si lassants.

 

C’était son dernier jour sous le toit maternant, 

La chance joyeuse esquissait ses pas dansants

Susurrant à la demoiselle qu’elle était éprise,

Légère, elle riait d’erreurs d’antan si exquises.

 

Émue par le souvenir de la douce brise 

De ses vingt ans butinant ici, à sa guise,

"Sois sereine, tu es reine ma belle enfant,

Tu seras gaiement à l’abri des chats errants".

 

L‘homme sous le balcon de roses la courtise,

Nymphe qui par ces suaves offrandes se grise,

Parée des dentelles opalines, s’admirant

Devant sa psyché, soies d’un ailleurs s’envolant.

 

Troublée, de quelle force était-elle sous l’emprise ?

La lune noire guidait ses pas vers l'auvent,

D‘un coup, frappée par l’horreur, elle s’immobilise.

C’était seule qu’elle allait convoler pour le temps.

 

"A l'enfer d'Orphée, déja mort, tu m’as promise" ?

Furieuse, de vifs soubresauts elle était prise,

Elle hurlait : "Non ! Pas la femme d’un seul printemps" !

Ongles dans la terre, la blanche robe en fragments.

 

Sur la dalle glaciale, elle était prostrée, assise

Laissant sa place à la diabolique analyse,

Et que cesse l’écho de l'Ego incessant,

L’image se pressa en elle en un instant.

    

"Toi l'Ego, je te crèverai pour cette méprise,

J'ai creusé ta tombe ouverte pour le temps,

Y jeter la robe rouge de sang que gise

L’épitaphe où je graverai le mot néant".

Repost 0
Publié par Mimosa - dans Poésie
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 13:03

 

"Voyageur du désert, tu sembles en errance,palmier  

Quelle est cette contrée qui te pousse au silence ?

Ta voix est muselée de points de sutures,   

Raconte-moi, ta frustration me paraît si dure".

 

"Des pas me suivent, je ressens leur ombre obscure,

L’écho peut réveiller leur vile surveillance".

"Ici, les mots s'échappent sur le vent en mouvance,  

Seul le soleil pourra attiser tes brûlures".

 

"Pacha et vizirs se gavant sous les dorures,

Plaçant pions, espions, sans cesse, en toute arrogance,

Chiens sans laisse faisant promesse d’obédience,

La liberté n’étant qu’une lointaine cassure.

 

La cour des faux rois pourris dans leur indécence,

Les pas mitraillant de leur perfide censure,

Les pages vides des lettrés sans écriture,

Qui n’ont que la loi pour farce de sentence.

 

La main bien articulée saignant de sa lance,

Les insoumis désarticulés sous torture,

Les loyaux vite écartés dans leur impuissance,

Le peuple droit étouffant pour un meilleur futur".

 

"Mais quel est ce pays qui te met en souffrance" ?

"Vois son nom, le sable effacera sa présence".

"Compagnon, ton histoire est une triste aventure,

Les révolutions font trembler les dictatures".

 

Repost 0
Publié par Mimosa - dans Poésie
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 07:46

 

Lave stridante embrase mon corps, tambour.jpg

Et il répond, il palpite, le cœur,

En résonance à l’esprit meneur,

Au son du tambour fermant le décor.

 

D’une danse émouvante, d’abord,

Le duo effréné tournoie en chœur,

Vite, je suis les timbales du coeur,

Barres tapant dans le poitrail du corps.

 

L’esprit soudain plâtré dans mes erreurs,

Et ce stress, dans ce sein, en vains efforts,

Sous le tambour, ses énormes accords,

Frappant allegro sur mes pires peurs.

   

"Amie raison, je t’ai pourtant donné l’or,

Tu me laisses, disloquée à mon sort" ? 

Mais elle me répond dans toute sa candeur,

"As-tu peur de l'indicible malheur ? 

 

La vie coule dans tes petits doigts, fleurs

S’essayant à pousser avec bonheur,

Peut-être l'esprit survivra au corps,

Vois, tu es en vie ton coeur bat encore".

Repost 0
Publié par Mimosa - dans Poésie
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 17:01

 

mirroir-md.jpg"Tiens, te revoilà mon Ego,
J'avoue, j'ai cru t'abandonner,
Pas bougé pendant ces années ?
Tous les jours transi près de l’eau ?

Malgré le globe sillonné,
Souvenirs qui t’ont imprégnés,
Te revoilà l'oeil face à l’eau,
Plus réel que l’ami Godot ?

Tu es pourtant enfant bien née,
Poupée joliment façonnée,
Mais l’orgueil est moins sot,
Et d’un coup ! Tu tombes à l’eau !

Je t’ai si souvent cloisonné,
Satané fantôme borné,
Tu croises toujours les seuls beaux,
Les demoiselles à vieille peau.

Encore ici face à l’Ego ?
D’accord, je te sors hors de l’eau,
Debout vieux loup, tu m’as gagnée,
Moi et toi pour ma destinée".

Repost 0
Publié par Mimosa - dans Poésie
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 09:45

 

J’ai plié parfois raide de dépit,

J'ai entendu, senti tant de folies,

Caché mon être d'une étole en plis,

Vêtue de ces dire qui m’ont bâtie.


Délits délibérément embellis,

Délicieux et libres loin des orties,

Indélébile empreinte peu abolie

D’un Ego empêtré dans les on-dit.
 

De ce fier mâle construit d’appétit,

La peau parle, s'enlise sur ce lit,

Promesses d’une ondine assujettie

A l’étreinte hâtivement accomplie.
 

Près du corbillard, l'âme suit polie,

Lignée des aïeux graves de non-dits,

Echos aliénants des illégitimes lits,

Liesse des nantis, paresse des maudits.


Le destin hérité, subi, qui crie,

S’éloigner des dits trahis des harpies,

Ces suppliques de ce corps qui se plie,

Impies supplices dans le lit de l’oubli.

 

Repost 0
Publié par Mimosa - dans Poésie
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 16:36

 

Quête de désirable osmose,

Parer de clair pastel mon corps épris,

Vaporiser l’essence de rose,

Arrogance face à la rose qui gît.

 

La dame névrose, son nerf d'envie,

Pulsion d'instants pourpre ou rose,  

Robe parfumée du Héros conquis,

Fanée près du bouquet en ce soir rose.

 

Sentir la fin timide de la vie,  

Le linceul pâle enrobé de roses,

Près des pétales, gardez mes joues roses,

Elles ont été si roses d’être en vie.  

Repost 0
Publié par Mimosa - dans Poésie
commenter cet article
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 16:33

 

horloge mdElle tourne, elle tourne, l’heure des leurres,
Tournoie le verre vide aux mains du tombeur,
Futé s’en fut au fût au bras d’une blonde,
Fière dégustation avec déjà la seconde.

"Pas de stress, je prends ma pression blonde,
A sept heures", s’empresse la seconde,
"Levée à quelle heure" ? s’enquit demi-heure,
Blondes boucles emmêlées à six heures.

"Moi jamais seul", rappelle le quart d’heure,
"Mais toujours dans les bars à la bonne heure,
Pas grave, ce n’est que ma seconde",
Tocards tournent en rond telle la seconde.

"Et ma foi, Moi, mon foie, foi de docteur" ;
"Tournoie, tournoie, compteur", rappelle l’heure,
"Toi Surmoi" ? minaude la seconde, 
"A ta santé", dit la coiffée blonde.

Repost 0
Publié par Mimosa - dans Poésie
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 22:17

 

177"L’Ego, allons voir Parigot,
Portons en nos becs un brûlot,
Notre esprit nous a invités",
Léger paraissait l’air d’été.

Pas allègre au gré des expos,
Verbe empâté face au tableau,
Et l’envie d’emplâtrer le nez
D’un faussement infortuné.

Quelques rots sur son apéro,
Argot originel gommé,
Bien élevée, elle paraît,
"Oh ! Toi tu brilles de si haut" !

"Redescends aussi mon Ego,
Un rien cultivé demandé,
Pour éclairer sans dénuder,
La précieuse, la bouche en ô".

Trouver certains quittant le lot,
Fut une lourde épopée,
Je n'ai croisé que des mythos
Chevauchant leur folle destinée.

La vie en voulait à ma peau,
"Chérie, tu es bien attristée,
Trop en attente de l’intérêt
Pour t’attabler près des si beaux".

Aux excités de la cité,
Cette énergie pour occulter
La solitude sans Ego,
Miroir vide sans aucuns maux.

 

Repost 0
Publié par poetesse.over-blog.com - dans Poésie
commenter cet article
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 15:11

poisson-violet.jpg

Les étoiles se sont couchées 

Semées ça et là

Pour la petite histoire

Aucun mot ne sera commenté

Que ma petite histoire

Devienne la vôtre

Merci de m'avoir lue.

Repost 0
Publié par Mimosa - dans Poésie
commenter cet article

Poésie

  • : Poétesse Mimosa - Poète 21ème siècle - Poétesse française
  • : Poésie 21ème siècle. Les mots libèrent la beauté, ma définition.
  • Contact

Poétesse Mimosa

  • Poetesse Mimosa
  • La poésie est un lien entre deux mots et une image mentale. Mes idées débordent, mes phrases originales. Histoires de tout et rien, un peu comme la vie. Je n'écris pas, je suggère, j'invite. J'aime les sous-entendus bien entendus. J'aime le symbole des mots. Vous souhaitez m'éditer ou méditer ? Bienvenue à tous.
  • La poésie est un lien entre deux mots et une image mentale. Mes idées débordent, mes phrases originales. Histoires de tout et rien, un peu comme la vie. Je n'écris pas, je suggère, j'invite. J'aime les sous-entendus bien entendus. J'aime le symbole des mots. Vous souhaitez m'éditer ou méditer ? Bienvenue à tous.

Parole

"Quelle impudeur d'écrire", lui dis-je. "Pas de pudeur en poésie", me dit-elle.

 

Liste complète

Retour à la page d'accueil

 

Vous aimez ? Merci de partager :-)

Photos, titres, textes contractuels

Poésie Qui Dit, Ose